Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 06:53

Un intéressant article du Gardian.co.uk du Lundi 16 mai 2011 :

 

 

Winter-Olympics-2014-fasc-007.jpg

 

 

Une campagne de promotion liée aux Jeux olympiques d'hiver de 2014 suscite le débat en Russie en raison de l'utilisation d' images prétendument "fascistes".

La campagne utilise des images de sportifs blonds aux yeux bleus et de femmes qui ont été décrits par les critiques comme "quelque chose comme un film de Leni Riefenstahl" et  "néo-hitlérien».

 

Les images d'un snowboarder à l'aspect aryen et un patineur  regardant  à mi-distance recouvrent des panneaux géants à Moscou et figurent sur la couverture des brochures de publicité de Gorki Gorod, un complexe de logement de luxe  en cours de construction à Krasnaya Polyana près de Sotchi, sur la Russie de la Mer Noire . Le complexe est un partenariat public-privé qui sera le village olympique des médias lors des Jeux 2014.

«Sans doute les auteurs de cette publicité ont été inspirés par l'art nazi", a déclaré Ekaterina Degot, une historienne de l'art bien connue et ancienne conservatrice à la Galerie nationale Tretiakov.

Lorsque les panneaux d'affichage ont été mis en place, le collectif d'art russe  Voina, lui-même connu pour sa peinture controversée d'un pénis de 65 mètres sur un pont-levis de Saint-Pétersbourg, a tweeté : "Au Pushkinskaya Square en face de Gap, il y a une énorme publicité, ouvertement  de style fasciste , pour le logement de l'élite à Sotchi. "

Degot et d'autres disent que le style et la pose des sujets dans les images ont  été fortement évocateurs de l'art nazi, qui insiste sur la pureté raciale et leur supériorité.

The Guardian a appris que les images des sportifs ont été produites par Doping-Pong, une entreprise de design à Saint-Pétersbourg, qui utilise une croix gammée comme l'une de ses "bannières".

Un des projets récents de l'entreprise est une série de photos érotiques de deux jeunes femmes. On y voit une "fa" (fasciste), l'autre une "antifa" (militante anti-fasciste), qui  s'agrippent  l'une avec l' autre dans un ring de catch et qui déchirent leurs vêtements. Le "fa" semble gagner le combat et s'enveloppe triomphalement elle-même dans un drapeau nazi.

Doping-Pong travaille également en étroite collaboration avec Katya Zashtopik, une artiste russe des années 20, qui est connue  pour ses sympathies avec l'extrême-droite, et qui utilise l'avatar en ligne Dopingirl.

Le 20 avril, anniversaire de la naissance d'Adolf Hitler, elle a publié un "smiley" sur son blog agrémenté d'une moustache en brosse et d'une méche de cheveux noirs. La légende disait: «Joyeux anniversaire».

Dima Mishenin, l'un des designers de doping-Pong, a contredit un rapport qui indique que  Zashtopik a été personnellement impliquée dans la production des images Gorki Gorod. «C'est notre travail, pas le sien", dit-il.

Mishenin a affirmé qu'il n'avait aucune sympathie pour les idées d'extrême-droite, mais a dit qu'il croyait que «l'esthétique commence aux  Olympiques de Berlin en 1936 et a été créé par Leni Riefenstahl».

Il a ajouté: "Pour moi, c'est  l'esthétique de la beauté."

Interrogé sur l'utilisation de l'iconographie nazie dans son travail , il a répondu : "Quand j'utilise un symbole de la culture de l'Allemagne nazie, comme une croix gammée, alors, bien sûr, je l'utilise en tant que représentant de la nation vainqueur."

Dans une entrevue précédente avec les médias russes, il a déclaré: "Ces symboles sont des trophées, comme des têtes de mort fixées sur notre clôture slave."

Certains observateurs ont dit que les critiques des images Gorod Gorky ont été exagérées.

Artemy Lebedev, l'un des plus célèbres  jeunes designers russes, a écrit un billet de blog appelant les panneaux «néo-hitlériens et  néo-staliniens», mais a fait l'éloge de Mishenin pour sa créativité.

Un concepteur de sites web de 26 ans a déclaré au Guardian: «Qu'est-ce qu'il y a de fasciste et  d'aryen à ce sujet ? Ce  n'est pas parce que le surfeur n'a pas un nez de pomme de terre que ça  veut  dire qu'il ne pouvait pas être un Russe?."

Mikhail Fedotov, conseiller de Dmitri Medvedev sur la société civile et des droits de l'homme, a dit qu'il était troublé qu'une société qui "a joué avec des symboles nazis" ait été employée.

Gorki Gorod a publié une déclaration de son directeur artistique, Dmitry Leshchinsky, qui fait allusion à un complot visant à discréditer le projet.

"Toute association avec le fascisme est très désagréable pour nous, et les opinions et les méthodes de plusieurs« critiques »provoquent exactement ce genre d'associations", dit-il.

«Des appellations  infamantes et la promotion de cabales dans les médias; détruire et salir  tout ce qui se distingue, même par le  plus petit bout  de la masse grise de la publicité: C'est là un fascisme qui est bien réel, à mon avis "

Degot a déclaré: «En soi, il n'y a rien d'interdit à travailler avec l'esthétique nazie si elle est à la base de l'activité intellectuelle critique. Cependant, je ne vois pas ce réflexe dans ces compositions [sur l'affiche]..

"Il s'agit d'un projet commercial,  qui explore ouvertement  le potentiel de séduction que les nouveaux riches voient dans le style nazi.

"Je pense qu'il  doit y avoir une reflexion sur le fait que les riches jeunes gens ont  des prétentions à l'aristocratie et à la tradition."

Un porte-parole de Sochi 2014 a refusé de commenter.

 

Tom Parfitt, à Moscou

 

 

                        Au-delà de la déliquescence morale et intellectuelle de la Russie actuelle, on ne peut qu'être consterné par une telle affaire, qui résonne bien ailleurs que dans les frontiéres de la Fédération de Russie. Le fait de présenter sur un panneau un homme blond aux yeux bleus fixant l'avenir avec sérénité attire immédiatement des accusations de fascisme et de nazi, avec enquêtes policiéres à la clé et un retentissement international. Les auteurs de cette polémique et ceux qui l'ont relayé mesurent-ils à quel point leurs reflexes sont purement et ouvertement racistes ?

 

                         Elle a au moins le mérite d'exhiber aux yeux de tous une censure invisible, qui n'existe pas qu'en Russie.



Partager cet article

Repost 0
Published by semeiologia
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blondes et respectables
  • Blondes et respectables
  • : Analyse du mépris contemporain pour les femmes blondes Analyse des causes et des effets dans les médias
  • Contact

Referencement

Paperblog

 

Blog

 

 

 

Recherche