Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 18:03

 

              http://graphics8.nytimes.com/images/2011/08/09/us/HATE-3/HATE-3-popup.jpg

 

                   Le Figaro du 5 septembre 2011 a publié un article intitulé :"Un crime raciste émeut l'Amérique", illustré par une photographie particuliérement expressive. On y  voit un frêle jeune homme blond, vêtu de rose et menotté, tenu de près par deux solides policiers afro-américains, vêtus de noir. Cette scéne dramatique et le  titre de l'article  se renvoie mutuellement une intensité tragique qui se multiplie en vue, manifestement, d'emporter la conviction du lecteur. Cet homme est coupable, forcément coupable. Et pourtant...

 

                   Ce qui distingue la civilisation de la barbarie, c'est la justice et son fatras de notions surannées, telles que la présomption d'innocence et le respect des procédures. C'est ainsi que tant qu'un homme n'a pas été déclaré coupable par une justice indépendante, et cela en dernier ressort, il est présumé innocent, du moins dans un pays civilisé. Un organe de presse qui s'érigerait lui-même en un condensé de juge, d'accusateur, d'avocat, de jury, qui s'affranchirait lui-même de toutes règles juridiques pour condamner en dernier ressort et sans procès un justiciable, cet organe de presse se ravalerait lui-même au niveau d'une horde de hyènes déchiquetant une proie.


                              Article 35 ter de la loi du 29 juillet 1881 relative à la liberté de la presse :

I- Lorsqu'elle est réalisée sans l'accord de l'intéressé, la diffusion, par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support, de l'image d'une personne identifiée ou identifiable mise en cause à l'occasion d'une procédure pénale mais n'ayant pas fait l'objet d'un jugement de condamnation et faisant apparaître, soit que cette personne porte des menottes ou entraves, soit qu'elle est placée en détention provisoire, est punie de 100 000 F d'amende.

                    

 

                       Or, M. Deryl Dedmon n'a pas été jugé, ni en premier ressort ni en dernier ressort.

 

                       Il est pourtant publiquement déclaré coupable par un important journal français, qui bien qu'appartenant à un oligarque soupçonné d'être "le champion français de la corruption", est rangé parmi les journaux sérieux.  On peut noter que ce "journal sérieux" risque finalement peu de choses, juridiquement parlant, puisque M. Dedmon est un prolétaire incarcéré au fin fond du Mississippi, dont la famille doit avoir d'autres soucis que de poursuivre un journal français en réparation des dommages subis.  

 

                        La compétence territoriale des juridictions (Une loi française pour un fait instruit par une juridiction du Mississippi) ne saurait empêcher le respect de la présomption d'innocence, qui est un des droits de l'homme fondamentaux.  L'honorabilité de M. Dedmon est irrémédiablement détruite par cet article, la haine publique excitée contre lui et sa famille, le jury populaire gagné à sa condamnation par la force hypnotique des images, toutes ces punitions avant jugement sont le signe d'une barbarie répugnante, d'un retour à l'animalité et ses chasses en meute. Il faut sans cesse réaffirmer qu'une bonne administration de la Justice protége avant tout les plus faibles, et que ceux qui hurlent avec les loups seront les prochaines victimes.

 

                          Le flot des commentaires suivant l'article du Figaro rappelle immanquablement la minute de la haine telle qu'imaginée par Orwell dans son roman 1984. Ces commentaires sont pour la plupart rédigés dans une langue très pauvre, exactement comme la novlangue, cette langue victime d'appauvrissements planifiés pour mieux contrôler les prols et les enfermer dans un sentiment d'hébétude.

 

                           Si on tape "crimes racistes" dans la barre de recherche interne à ce journal, on est surpris de constater que tous les criminels cités sont exclusivement blancs d'origine européenne (Au moins les 2 derniéres années). Or, chacun sait que sur cette planéte toutes les ethnies, tous les groupes humains constitués comptent dans leurs rangs des personnalités racistes.  Il suffit d'avoir en mémoire les 30.000.000 de victimes sur des bases raciales du Japon Showa, le génocide Tutsi, les atrocités au Soudan, et tant d'autres massacres contemporains. Le Figaro ayant vocation à rendre compte de l'actualité mondiale, force est de constater que sa vision des crimes racistes est biaisée. Elle reléve plus d'une propagande vicieuse que d'une lecture loyale des événements.

 

                           En définitive, le traitement de l'information, dans cet article du Figaro, est indigne; il bafoue les régles élémentaires de l'honnêteté.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by semeiologia
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blondes et respectables
  • Blondes et respectables
  • : Analyse du mépris contemporain pour les femmes blondes Analyse des causes et des effets dans les médias
  • Contact

Referencement

Paperblog

 

Blog

 

 

 

Recherche