Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:40

 

 

                                          La publicité, ici l'affichage, est un média puissant auquel personne n'échappe. Son influence , démultipliée par l'aide des chercheurs en psychologie sociale et des neurobiologistes laisse en définitive peu de place au libre-arbitre.

 

                                     Le palmares ci-dessous est particulièrement  significatif :   Un seul homme blond y est représenté, il s'agit d'un individu malingre,  repoussant, avec une expression figée de psychopathe,  et qui s'habille comme un évadé soit d'asile psychiatrique, soit d'une maison d'arrêt particuliérement mal fréquentée. On notera qu'il est plus petit que la femme qui l'accompagne, ce qui généralement est dépréciatif pour la plupart des femmes.

 

 


 

 

 

 

 

                                          Mais ce qui change tout est que cette femme est blonde : Tout s'explique ! En effet, pour s'afficher en public  avec un bouffon pareil, il faut vraiment être très très  stupide.

 

                                    Dans les normes publicitaires en France, il est fortement déconseillé de représenter  un couple où l'homme et la femme sont blonds aux yeux bleus. Les  rares occurrences seront connotées très négativement. Il est donc  permis, comme ici,  de représenter un tel couple , à la condition expresse de les tourner en dérision et de de les ridiculiser publiquement.

 

 


 

                         L'alternative peut se résumer ainsi  : Ou exclu, ou humilié.

                                                                                         Néantisé ou moqué


                                                                               Tiré du néant pour être ridiculisé


                                                                                                

 

                                    Cette doxa profondément raciste agit au même rythme que les stimulations publicitaires auxquelles nous sommes exposés quotidiennement ; elle  a été imposée progressivement en France à partir des années 80 et atteint un niveau d'imprégnation  dans l'inconscient collectif de notre société extraordinairement élevé, à tel point qu'il en devient invisible.

           

 

                    

 

 

 

Palmarès de la publicité 2003

22 janv. 2004 - 

Les chiffres et résultats complets du sondage.

Affichage
Presse
Télévision

 

Palmarès Affichage 2003

 

Campagne Score Ipsos Agence
NIKE
"Made to move"

52,58 WIEDEN & KENNEDY
MC DONALD'S

48,07 TBWA
GALERIES LAFAYETTE
"Fêtes des Pères"

46,4 PUBLICIS
PUMA
43,66 GYRO WORLDWIDE
KRONENBOURG

40,51 YOUNG & RUBICAM
JEAN PAUL GAULTIER
40,26 JP GAULTIER / JB MONDINO
DECATHLON 38,25 YOUNG & RUBICAM
DISNEYLAND
37,97 LEO BURNETT
BN

37,53 PUBLICIS
ADIDAS
36,15 TBWA

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 19:03
 
 
                                                         
 
 
 
 
 
                            Voici donc une video  de Robin Thicke, "Blurred lines" où se dandinent six personnages, dont trois jeunes femmes en culotte et soutien-gorge ; clairement, on est ici dans un univers de maison close : Les hommes habillés, les femmes en sous-vêtements qui défilent.
 
                       On relévera que la seule personne à être délibérément et explicitement  humiliée est la femme blonde, et ceci à deux reprises. C'est également le seul être humain dans cette vidéo à être obligée de surjouer les attitudes d'un film pornographique, où elle agite suggestivement la langue dans une simulation de sexe oral  en regardant fixement le spectateur.
 
                        Elle est humiliée d'abord quand Thicke lui envoie intentionnellement sa fumée de cigarette dans le visage, ce qui la fait tousser. Les non-fumeurs savent à quel point c'est désagréable et vexatoire, d'autant plus que l'actrice blonde a dû allumer elle même la cigarette de Thicke, tout en agitant la langue. Elle adopte donc une attitude de soumission sexuellement connotée, qui est "récompensée" par une brimade publiquement administrée. En définitive, un seul geste hostile est visible tout au long du clip, et il est dirigée exclusivement contre la femme blonde.
 
                         Elle est humiliée ensuite quand deux acteurs lui crient " Tu es la pire pute ici" (You're the worst bitch in the place) . La scéne commence briévement avec l'actrice brune, qui est aussitôt remplacée par la femme blonde. Celle-ci est donc copieusement insultée, de plus par deux hommes qui l'entourent et lui hurlent dessus.
 
                         Brimades et humiliations publiques ne l'empêchent d'ailleurs pas de continuer à se trémousser par la suite, preuve qu'elle doit aimer ça.
 
 
                          La preuve est faite en image  (et les images ne mentent pas) : "Les blondes, c'est des putes qu'on peut (qu'on doit ?)  humilier en public;  d'ailleurs, elles aiment ça. On le voit à sa langue qu'elle arrête pas de montrer  pour allumer les mecs. Attends un peu qu'il y en ait une qui traverse mon quartier..."  C'est sans doute ce que peuvent se dire quelques hommes parmi les 164 353 631 personnes ayant vu ce clip.
 
                                  Quant aux femmes spectatrices de ce clip, elles enregistrent une fois de plus qu'on peut impunément insulter et humilier des femmes par ce qu'elles sont blondes.

 

"Robin Thicke a peut être une belle gueule, mais à l'intérieur,  c'est un vrai ténia" Paméla, 27 ans, femme au foyer
 
                      
Partager cet article
Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 12:49

 

                   Nous avons déjà eu l'occasion d'évoquer les stéréotypes racistes à l'encontre des femmes blondes :


 

                                       - les blondes, c'est toutes des nymphos

                                        - Les blondes sont stupides (Blonde = conne)

                                        - Qui voudrait d'une sale blondasse pour mére ?

                                             - Il est fortement recommandé, en France,  en 2013, de ne pas représenter dans la sphére publique ou utiliser dans la communication un couple où les deux partenaires seraient blonds aux yeux bleus. En effet, ça pourrait choquer certains. Tous les autres cas de figure sont corrects, mais, celui-là, non.

                                           - Les blondes sont dangereuses pour les autres femmes, car les hommes   sont violemment attirés par elles.

                                             -  Les blondes sont incapables d'être fidéles  puisque ce sont des nymphomanes.

                                            - Et, en plus, les blondes, c'est toutes des racistes !

 

 


 

 

                      A la relecture de ces accusations publiques, on imagine le degré de haine et d'envie des ordures humaines qui ont créé ces stéréotypes; on peut lire dans leurs délires de sociopathes la projection de  leurs propres vices, mais surtout la volonté de détruire leurs victimes.

 

 


         Personnellement, je préférerais que ce soit eux qui disparaissent; pas vous ?

 

 

 

 

                       Voici donc, pour la éniéme fois, un amorçage de stéréotype raciste contre les personnes blondes, rédigé par une "journaliste santé", Aurélie Blaize, pour un journal destiné au 3éme âge. Elle y rend compte avec une naîve pétulance d'un sondage douteux  réalisé pour une société particuliérement glauque , Gleeden.

 

                        De maniére à faire des économies, Gleeden a interrogé ses propres clients, ce qui enléve toute rigueur à l'enquête. En effet, les individus  fréquentant ce site forment  une magnifique collection de détraqués et de neurasthéniques, qui, de plus, ont tout intérêt à mentir pour éviter d'être reconnus. Le sondage étant déclaratif, on imagine la sincérité des  pervers répondant au téléphone tout en se tripotant et choisissant leurs réponses dans leurs imaginaires maladifs.


 

                          Mais revenons à la "journaliste-santé", spécialisation 3éme âge.

 


 

                       Aurélie Blaize serait-elle raciste ? Sinon comment appeler le fait de stigmatiser en gros titre,  une fois de plus,  certaines femmes sur la base d'un critére physique, d'une différenciation ethnique ?


 

                Aurélie, si tu nous écoutes, ignores-tu  que le racisme , c'est pas beau ?

 

 

 

 

 

                                                   ______________________________________________

 

 

 

 

La femme infidèle est blonde dans 36% des cas
Réagissez ! - 4 commentaires

Un sondage mené par le site de rencontres extraconjugales Gleeden.com révèle que la majorité des femmes françaises infidèles sont... blondes !

blonde infidele
Publicité

En matière d'infidélité, certaines femmes seraient plus aventurières que d'autres ! Du moins, c'est ce que laisse penser un sondage mené par le site de rencontres extraconjugales Gleeden.com. Après avoir interrogé plus de 2000 Français inscrits, celui-ci révèle que la femme infidèle est blonde dans 36% des cas, châtain dans 29%, brune dans 21%, rousse ou auburn dans 10%, et poivre et sel dans 2%. Plus loin encore, le sondage montre que 51% des femmes infidèles ont les yeux marrons, 28% les yeux bleus, 11% noisettes, 7% verts et 3% noirs. En conclusion, les blondes aux yeux marrons sont celles dont il faut surtout se méfier !

L'homme infidèle est souvent châtain aux yeux marrons

Chez les hommes volages aussi, on trouve certaines caractéristiques physiques. Le sondage de Gleeden montre que 34% des infidèles ont les cheveux châtains, 26% bruns, 19% poivre et sel, 18% blonds, et 2% roux. Quant à leur couleur d'yeux, pour 44% ils sont marrons, pour 31% bleus, pour 13% noisette, pour 8% noir et pour 4% vert ! Quelles femmes préfèrent-ils ? "La gent masculine adepte des galipettes clandestines serait avant tout en quête d’une maîtresse blonde (37%). La chaleur incandescente d’une "crinière" rousse chatoyante, presque animale, ferait fondre près d’un répondant sur quatre (23%). Les brunes mystérieuses envouteraient 22% du panel lorsque 14% recherchent avant tout à batifoler avec une maîtresse à la toison châtain" explique Gleeden.

 

Source : Sondage Gleeden.com réalisé en ligne du 15 au 24 juillet 2013 sur un échantillon de 2028 français (1017 femmes et 1011 hommes) mariés ou en couple ayant déclaré au moins une infidélité. Selon les questions, échantillonnage en fonction de la couleur de cheveux déclarée. Seuls les votes supérieurs à 4% sont cités.

Partager cet article
Repost0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 05:47

 

    La rédactrice en chef de Meltycampus, Hinde Mebarkia,

Est-elle raciste ?

 

 

 

 

 

 

 

                      Trouvé une fois de plus chez Melty (Décidément !) un amorçage de stéréotype raciste contre les femmes blondes.  Ce site fait preuve d'une certaine confusion mentale comme vu ci-dessous, mais quelques  obsessions surnagent dans ce magma.

 

                       C'est ainsi que le titre de l'article parle des fraternités étudiantes, mais développe dans le corps du texte un "scandale" qui a eu lieu dans une émission télévisée aux USA, BigBrother, rassemblant quelques jeunes gens désoeuvrés et qui à premiére vue ont peu de chance de décrocher un Prix Nobel.

 

                       La "journaliste", en plus "d'observer des paroles",  commet d'autres quiproquos (Ah, ces stagiaires non-rémunérés !) et attribue à Gina ce qui est dû à Aaryn Gries. En fait, la belle Gina a déclaré que les assurances sociales étaient des "assurances pour négres"  (Nigger ou nigga) ce qui a donc entraîné un "scandale" et son renvoi professionnel, on pourrait dire sa mort sociale accompagnée d'une mise au pilori. A noter qu'aux USA, les blancs n'osent même plus prononcer le mot entier, eu égard à la susceptibilité explosive des afro-américains, mais disent le n-mot. (N-word). Par contre, si le locuteur est un afro-américain, cela lui est permis. C'est ainsi que si la pulpeuse Gina avait été noire, point d'indignation, point d'article vengeur !

 

                       Le scandale, plus ou moins fabriqué, sert en définitive à augmenter l'audience de ce programme pour sous-doués dotés d'un QI d'acarien.

 

 

                         Il n'en reste pas moins que Meltycampus utilise une caractéristique physique (la blondeur), pour stigmatiser une personne; il n'en reste pas moins que Melty, qui ne dénonce jamais le racisme des noirs envers les autres communautés (Et pourtant !) , choisit comme par hasard une femme blonde comme personnage raciste, alors que ce rassemblement  de jean-foutres filmé 24h sur 24 a été émaillés de saillies "racistes" et autres amabilités venant de tous côtés.

 

                        C'est ainsi que la légende de la photo devient  : "  Gina Marie Zimmerman, la blonde raciste"

 

                         Le racisme étant un délit, et en l'absence d'une condamnation pénale en dernier ressort,  nous constatons que  Melty accuse et juge publiquement une justiciable sans aucun fondement légal . Il s'agit donc d'une diffamation publique, commise par un organe de presse qui salit d'une maniére irrémédiable la réputation d'une femme. Procédé d'autant plus vicieux  que Melty s'attaque à une lointaine ressortissante des USA, sans réseaux d'influence ni fortune,  qui doit avoir d'autre chat à fouetter que de poursuivre un journal français.

 

De plus, on aurait les pires  difficultés  à voir dans la presse   des titres comme :

 

                                                             " Gina, la crépue raciste"

 

                                                                              ou bien

 

                                                                   "Gina, la frisée raciste"

 

                                                                               ou bien

 

                                                                "Gina, la basanée raciste"

 

 

                         Ce traitement indigne est reservé aux femmes blondes, spécialement dans les diverses émanations de Melty. On peut donc être légitimement amené à se demander si MeltyGroup n'est pas un groupe de presse raciste, concentrant ses attaques raciales contre une minuscule minorité humaine qui de plus,  connaît une baisse démographique constante.

 

 

                      Pour en revenir à la situation aux USA, il est sans doutes bon de rappeler une statistique peu connue mais très significative (cf. ci-dessous). Sachant que les spécialistes estiment qu'un viol sur 10 fait l'objet d'une plainte, on peut calculer rapidement qu'en 10 ans, plus de 3.700.000 femmes blanches ont été violées par des afro-américains.  Sur ces millions de viols inter-raciaux, quelle est la proportion du mobile raciste ? Quelle est la proportion  de ceux qui ont voulu punir une femme pour ce qu'elle est, pour la couleur de sa peau, pour se venger d'un ressentiment historique soigneusement entretenu.

 

 

 

glendale-dui-beating.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personne ne sait, personne ne veut savoir et aucune étude sur le sujet n'est prévue; dommage pour les victimes innocentes, les vraies.

 

 

 

 

 

 

Plus de 37.000  femmes blanches violées par des afro-americains en un an, aucune femme noire violée par un blanc aux USA

 

Ce qu'il y a de bien avec les pays anglo saxons, c'est qu'ils autorisent les statistiques ethniques. Et on trouve vraiment des pépites parmis celles ci. On pourrait en rire, si ce n'était pas aussi tragique.

En effet selon le département américain de la Justice, en 2005, 33,6 % des femmes blanches qui ont été violées, l'ont été par un homme noir (les noirs représentent 12% de la population US). A l'inverse aucun homme blanc n'a violé une femme noire. Pire, la totalité des femmes noires violées l'ont été par un homme noir.

Vous ne vous êtes pas trompé en lisant. Oui vous avez bien lu. Les statistiques officielles sont disponibles ici (table 42).

 

 

 

 

 

 

Voici donc l'article de Yasmine :

 

 

 

 

 

Fraternités étudiantes : Le racisme toléré à l'université du Texas

 

Par YasmineLqr
il y a 17 jours
Dans le dossier

Fraternités étudiantes

6 réactions

Aux États-Unis, le racisme est toujours ancré dans certaines mentalités. C'est ce que prouve la 15ème édition de Big Brother. Explications avec meltyCampus

Voici les candidats à l'époque où tout allait bien..

 

 

jh

 

Quand nous regardons les Anges de la Telé Réalité, qui est aussi le Pôle Emploi des candidats de reality show, on n'a pas forcément l'impression de faire du bien à nos neurones… Mais alors que dire de la 15ème édition de Big Brother, dans laquelle les insultes racistes et homophobes ne cessent de fuser ! Candice Stewart, un ancienne reine de beauté, de 30 ans et Helen Kim une femme politique de 37 ans ont été la cible d'insultes choquantes, qui auraient été punies par la loi en France. Ainsi Gina Marie Zimmermann, qui est étudiante à l'université du Texas, s'est adressée à la candidate asiatique en lui suggérant de leur ''baiser les pieds et servir du riz''. Dans la même lignée on a pu entendre David Girton se plaindre d'une odeur sur ses draps en rejetant la faute sur ''Candice la noire''. Des propos qui ont choqué l'Amérique et qui ont déclenché un véritable tollé sur internet. Pire, la chaîne est accusée d'avoir voulu cacher ses propos racistes. En effet, les candidats sont observables 24h/24h sur internet, du coup ces paroles immondes ont pu être observées par des millions de personnes. Mais le jour d'après dans la quotidienne, CBS n'a pas diffusé, ni même évoqué ces propos.

 

Plus d'actu sur Fraternités étudiantesRacisme et Ku Klux Klan sur un campus américain !Une fraternité étudiante accusée de racisme (vidéo)

 

big brother racisme candidat télé réalité jeunes étudiants

Gina Marie Zimmerman, la blonde raciste

 

 

Grâce à l'acharnement médiatique, la chaîne a finalement cédé et a diffusé les images choc. Et lors de la sortie du jeu de Candice Stewart, l'animatrice du jeu Julie Chenn a parlé des insultes racistes qui ont été proférées dans la maison. La jeune femme a expliqué que cela révélait un gros problème de société '' J'ai grandi en tant que femme biraciale, et le racisme est encore très répandu aux Etats-Unis aujourd'hui et c'était à l'intérieur de la maison Big Brother". Si ça peut vous rassurer, sachez que justice a été partiellement faite : Aaryn Gries et Spencer Clawson ont été licenciés de leur travail. Ce dernier avait parlé d'Hitler en évoquant son ''talent oratoire'' et en reconnaissant l'efficacité des tortures perpétrées durant sa dictature. Rien d'étonnant quand on sait que le racisme et le Ku Klux Klan refont de plus en plus surface sur les campus américains

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 07:34

                               Un article paru dans  "La dépêche du midi", où est jugé un ressortissant congolais. On relévera quelles sont les obsessions de l'institution judiciaire ( "l'homophobie", concept totalitaire et retenu comme circonstance aggravante de l'agression) et quelles sont les insultes raciales niées par ladite institution.

 

 

 

 

 

 


 

                          Double peine pour certaines, avec le mépris en prime.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Actualités 

Tarbes. L'agression homophobe reconnue comme telle

Publié le 23/08/2013 à 03:49, Mis à jour le 23/08/2013 à 10:23

tribunal

 

 

Phillipe B. a été condamné, hier, par le tribunal correctionnel pour avoir commis une agression à caractère homophobe. Son avocat a plaidé l’agression simple. En vain.

Le grand black qui s’avance à la barre affiche un air de chien battu. Philippe B., 21 ans, d’origine congolaise, est prévenu pour avoir agressé, le 1er mai dernier, un jeune homme à la sortie d’une boîte de nuit. Une agression assez sauvage, assortie d’une circonstance aggravante : l’homophobie. Ce soir-là, Gaël et l’une de ses amies sortent de boîte. Ils croisent Philippe, passablement éméché, qui lance à l’adresse de Célia, la jeune femme : «Hé toi là ! la sale blondasse !» Elle se retourne, en colère, mais son ami Gaël lui conseille de passer outre et ils s’éloignent de l’individu énervé. Mais lui ne l’entend pas de cette oreille : il poursuit le couple et crie à Gaël : «Mais je te reconnais toi ! T’es qu’un sale pédé !» Et aussitôt, il se jette sur le jeune homme, le fait tomber au sol et le roue de coups. Côtes cassées, contusions multiples. Gaël, sous l’avalanche, se recroqueville par terre, sans répliquer. Tous les coups sont portés du même côté, ce qui prouve bien que la victime s’est bel et bien retrouvée au sol, immobile, sans pouvoir se rendre. Autour de la rixe, les copains de Philippe sont là et hurlent en chœur : «Vas-y, casse-le, ce pédé ! Crève-le, ce sale pédé !» A la présidente, qui le presse de questions, Philippe B. répond de façon obséquieuse, avec des «Madame la présidente» longs comme le bras, et parfois une voix chevrotante qui se veut l’exact reflet d’une sincérité profonde. Un cinéma qui ne trompe personne tellement c’est gros. «Non, Madame la présidente, je ne l’ai jamais jugé. Je sais que c’est lui la victime. Excusez-moi, Madame la présidente, mais je vais être franc avec vous et vous dire la vérité vraie : je ne l’ai pas insulté. C’est lui qui m’a bousculé à l’épaule à cause de sa copine. C’est vrai qu’elle m’attirait, alors je l’ai appelée, c’est tout.» La présidente Gadoullet ouvre des yeux comme des soucoupes : «Et c’est pour attirer son attention que vous l’avez traitée de sale blondasse ? Curieuse façon d’entamer la conversation…» «Vous savez, Madame la présidente, quand j’ai bu, j’ai une double personnalité et pour moi, c’est pas une insulte. C’est comme pédé. C’est pareil que connard pour moi, vous voyez… C’est vrai, je m’y prends mal parfois.» Alors que rien dans le dossier ne le montre et qu’aucune audition n’en fait état, Philippe va sortir l’argument massue, qu’il pense imparable : «Vous savez, Madame la présidente, je n’ai pas la majorité des fautes : elle m’a dit : «ça te plairait que je te dise que tes ancêtres ont travaillé pour les miens ?» ça m’a pas plu, vous pouvez le comprendre, Madame la présidente.» «Ah non, pas ça ! coupe Élisabeth Gadoullet avec colère. Jamais de tels propos n’ont été prononcés, et vous sortez ça du chapeau, comme par hasard, pile le jour de l’audience. Vous croyez peut-être qu’on va gober ça ?» La tentative, plutôt odieuse et peu reluisante de renverser la situation, ne va pas passer, en effet, bien au contraire. D’autant moins que le prévenu s’enfonce encore davantage quand il déclare, la bouche en cœur : «Vous savez, dans notre culture, c’est très dur de voir des gens comme ça (comme Gaël, NDLR), même si je ne veux pas juger…» Un argument qui va faire bondir le défenseur de Gaël, Me Jacques Bertrand : «Le Congo condamne peut-être l’homosexualité, mais vous, vous n’êtes pas au Congo, mais en France, dans une république qui a établi le droit à la différence et surtout le respect minimum. La loi laïque s’impose à tous.» Pour le défenseur de Philippe, il ne s’agissait que d’une agression simple. Mais l’attitude de son client à la barre ne l’a pas aidé, loin s’en faut : le caractère homophobe de l’agression, particulièrement violente, a été reconnu comme circonstance aggravante par le tribunal qui condamne le prévenu à 105 heures de TIG. Il devra en outre verser 1.000 € de dommages et intérêts à sa victime, ainsi que 450 € sur le fondement de l’article 475-1.

Hélène Dubarry

Partager cet article
Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 07:04

                          Un témoignage de plus sur un racisme tranquille, d'autant plus abject qu'il a été rendu  acceptable et justifié  à ses propres victimes, et que celles-ci sont empêchées par le formatage ambiant de réagir pour rétablir leur dignité.

 

 

 

 

 

 

L'Est Républicain

 

Le racisme anti-blonds
Tags :

Jean-François Copé, a mis en lumière une forme de racisme insidieux et dédaigné, bien que selon lui, réellement présent, le racisme anti-blanc.

L’occasion est donc idéale d’évoquer ici un racisme tout aussi méconnu, aux racines profondes, le Racisme Anti-Blond, le RAB.

Sa réalité est indéniable, pour nous, membres de la gente masculine ne pouvant être classé dans cette catégorie dite des « bruns ». Car, tous ceux qui ne sont pas profondément, indubitablement bruns, sont d’emblée considérés comme blonds ! Châtains, roux, la moindre parcelle de clarté dans votre chevelure vous oblige à faire oublier votre condition de blond ou assimilé.

Nous avons tous entendu, cette sentence définitive, assenée comme une évidence : « je n’aime pas les blonds ». Ou d’autres variantes, toutes aussi empreintes d’intolérance et de sectarisme : « ce n’est pas mon style, il est blond » ; « je ne sors pas avec des blonds »… Pourrait-on imaginer la même attitude envers d’autres communautés ?

Le RAB est tellement ancré dans notre société que son application est naturelle. Si une femme initialement membre de cette confrérie de l’intolérance se risque à fréquenter l’interdit elle en gardera des stigmates. Ils se manifesteront par des phrases du style « il est super, MEME s’il est blond ». Ceci afin de justifier, à ses yeux mais aussi à ceux de son entourage, ce manquement au sacro-saint principe de la supériorité du brun…

thibaut.pernelle@gmail.com

 

 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 16:52

 

 

 

 

 

 

 

                                      Un intéressant article de Wikistrike pour la version française où il apparaît que nous restons bien, par certains côtés, des mammiféres en rut, violents et sans scrupules. Mais ça, on le savait déjà !

 


 

                                       A relever également que pour l'alinéa 1 concernant les femmes blondes, le sujet concerne une petite partie de la population mondiale, celle où existent encore des femmes blondes aux yeux bleus en quantité significative. En effet, non seulement peu d'êtres humains sont concernés en définitive par cette occurrence, mais de plus leur proportion mondiale diminue sans cesse. La plupart des hommes sur cette petite planéte ne rencontreront jamais une femme aux cheveux clairs et aux yeux bleus en âge fertile.  La formulation :"les hommes", donnant un caractére universel à ce fait,  est donc inexacte et trompeuse.

 

                                    

 

 

 

 

"10 vérités politiquement incorrectes sur la nature humaine


 

 

 

Le comportement humain est basé sur les expériences, l’environnement, l’évolution, mais surtout, le sexe. Et selon les psychologues Alan Miller et Satoshi Kanazawa, ces instincts ne sont pas politiquement corrects. Psychology today s’est inspiré de leur ouvrage de 2007, « why beautiful people have more daughters » pour en faire une synthèse. Voici quelques points clés de ce livre :

 

 

 

 

 

              


1. Les hommes préfèrent les femmes blondes avec une grosse poitrine et des yeux bleus

Les cheveux longs et blonds, une silhouette mince, des yeux bleus, et un décolleté avantageux sont la combinaison gagnante, selon les psychologues. Tous sont symboles de jeunesse, et donc, de fertilité. Les cheveux blonds ont tendance à foncer avec l’âge. Les femmes minces avec des hanches larges sont attirantes parce que ces rondeurs témoignent de la présence des hormones essentielles à la reproduction. Avec le vieillissement, la poitrine tombe, ce qui est plus évident sur les grosses poitrines que sur les poitrines plus menues. Quant aux yeux bleus, ils ont à voir avec la dilatation de la pupille, signe d’intérêt et de séduction. Or, sur les yeux clairs, une pupille dilatée est plus visible.

Les psychologues expliquent que cet attrait fonctionne même lorsque les objets du désir sont des faux (cheveux décolorés, implants mammaires). Les hommes ne peuvent pas résister à ces signaux, c’est dans leurs gènes…


2. Les gens ne sont pas censés être monogames

Tout au long de l’histoire, les hommes ont été polygames, pour des raisons de survie de l’espèce. Si un homme a plusieurs femmes, ses concurrents, les autres hommes, auront un choix plus restreint pour la reproduction. Dans lessociétés très inégales, les femmes s’attachaient aux hommes les plus riches pour survivre.


3. Les hommes profitent de la monogamie. Les femmes profitent de la polygamie

Lorsque les hommes riches sont polygames, plusieurs femmes en profitent (et une majorité d’hommes restent seuls). Quand ils sont monogames, plus de femmes se retrouvent avec des hommes pauvres. Cependant, une femme qui dispose de son propre argent ou peut sans problème assumer une polyandrie (plusieurs maris) peut échapper à ces principes.


4. Pourquoi les responsables d’attentats suicide sont surtout des Musulmans

Lorsqu’ils sont guidés par leur foi, les responsables d’attentats suicide sont presque tous des Musulmans, selon le sociologue Diego Gambetta de l’université d’Oxford. Et encore une fois, c’est en rapport avec le sexe, ou plutôt, cette fois-ci, avec le manque de sexe. Car l’Islam est une religion tolérante avec la polygamie, donc seuls les hommes les plus riches ont des femmes. « A travers toutes les sociétés, la polygamie rend les hommes violents, augmente les crimes tels que le meurtre et le viol, même après le contrôle de facteurs tels que le développement économique, l’inégalité économique, la densité de la population, le niveau de démocratie, et les facteurs politiques dans la régions ».

« L’autre ingrédient clé est la promesse des 72 vierges qui attendent au paradis pour tout martyr de l’Islam. Et presque tous les responsables d’attentats suicide sont des célibataires. »


5. Les mariages qui produisent des fils sont plus susceptibles de durer

La séduction de l’homme repose sur sa richesse, son statut, son pouvoir, tandis que celle de la femme repose sur sa jeunesse et son charme physique. L’homme peut contrôler la richesse, mais il ne peut pas contrôler l’apparence. Inconsciemment, les hommes ressentent qu’ils ne peuvent pas grand-chose pour leurs filles, et que leur fils ont davantage besoin de leur aide. Dans un foyer où il n’y a pas de fille, l’homme se sentira plus inutile et sera plus enclin à partir et à demander le divorce.


6. Les personnes séduisantes ont des filles

Le ratio de naissance des garçons et des filles est respectivement de 100 et 105 (il y a plus de chances que ce soit une fille). Mais les choses ne sont pas aussi simples. En pratique, la sélection naturelle provoque plus de naissances de garçons dans les familles riches, et plus de naissances de filles dans les familles pauvres. (le mécanisme à l’œuvre dans ce fait n’est pas encore expliqué.)

Et il semble que l’hypothèse de Trivers-Willard, selon laquelle les gens transmettent leurs meilleurs attraits physiques à leurs enfants semble se vérifier. « Dans les études, les Américains notés "très séduisants" ont 56% de chance d’avoir une fille comme premier enfant, comparé à 48% pour les autres », selon l’enquête de Miller et Kanazawa.


7. Les criminels et les génies sont similaires

Les scientifiques ont identifié une courbe de la productivité, qui s’applique à ces deux catégories selon le même schéma : ils réalisent beaucoup de choses lorsqu’ils sont plus jeunes, puis ils décroissent leur activité qui atteint ensuite un plateau après la trentaine. Bill Gates, par exemple, a formé Microsoft lorsqu’il était jeune. Depuis, il n’a plus rien réalisé de vraiment bouleversant. Paul McCartney a écrit ses meilleures chansons dans sa jeunesse. Il chante et écrit toujours ses chansons, mais elles sont loin de rencontrer le succès de celles de ses vingt ans. De même, les voleurs commettent la plupart de leurs forfaits dans leur jeunesse, notamment dans l’adolescence. A partir de la vingtaine, la prévalence du vol décroit, pour devenir faible après la trentaine.

Crimes et génie sont l’expression des désirs de compétition des hommes, dont la fonction ultime est de focaliser l’intérêt des femmes pour avoir accès à la reproduction. « les hommes ont bâti (et détruit) la civilisation pour impressionner les femmes, pour qu’elles puissent dire oui [pour avoir des relations sexuelles avec eux]. »


8. Les crises du milieu de vie sont le résultat de la ménopause

« Lorsqu’un homme s’achète une voiture de sport rouge vif, ce n’est pas pour essayer de regagner sa jeunesse ; il essaye d’attirer des jeunes femmes pour remplacer sa femme ménopausée [qui n’est plus fertile] en proclamant son panache et son argent », explique l’étude.


9. Il est normal pour les hommes dominants de tout risquer pour des maitresses

Les hommes se battent pour conquérir le pouvoir consciemment ou inconsciemment pour avoir accès à la reproduction avec un plus grand nombre de femmes. L’infidélité de figures telles que Bill Clinton ou Tiger Woods s’expliquent donc… naturellement. « demander pourquoi le Président des Etats Unis voulait avoir une relation sexuelle avec une jeune femme est comme demander pourquoi une personne qui a travaillé très dur pour gagner une grosse somme d’argent voudrait le dépenser », écrivent les auteurs.


10. Les hommes qui harcèlent les femmes ne sont pas sexistes

 

Le harcèlement proviendrait d’une stratégie d’accouplement non sexiste. « L’abus, l’intimidation, et l’avilissement font partie du répertoire masculin des tactiques employées dans les situations de concurrence. Avant que les femmes n’entrent sur le marché du travail, les hommes se harcelaient mutuellement. En d’autres termes, les hommes ne traitent pas les femmes différemment des hommes » (ils appliquent aux femmes au travail les mêmes méthodes qu’ils appliquent aux hommes avec lesquels ils sont en compétition, mais pour un autre but : avoir des relations sexuelles).

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 05:32

 

                        Un intéressant article de Grazia.fr, où une brunette aux cheveux noirs,  Lina Bensenouci, descend en flammes les blondes et apporte sa petite pierre à l'édification d'un stéréotype raciste . On notera l'utilisation de la classique opposition brunes / blondes  dans le titre de l'article, qui déforme la réalité en présentant une fausse égalité numérique. Or, la réalité sur cette petite planéte est que  plus de 99 % des femmes ont les cheveux noirs.

 

                        Lina Bensenouci affirme également que 700.000 personnes auraient été interrogées.  Cela semble beaucoup pour un site comme Plyce. Aurait-elle aussi un probléme avec les chiffres ?

 

                         On admirera également la conclusion de l'article où Lina prend à témoin son lectorat stupide  par une question stupide sur un sujet stupide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Société
Blonde ou Brune, comment faites-vous les soldes ?

 

 

Le site de shopping géocalisé Plyce a réalisé un sondage sur les habitudes des Français concernant les soldes… selon leur identité capillaire.

 

 

 

 

L’étude réalisée par Plyce a montré des résultats pour le moins intéressants : 84 % des blondes seraient accro au shopping contre 12 % des brunes (qui comptent pour des prunes ?). L’enquête a été réalisée pendant 2 semaines du 1er au 15 juin sur un panel de 700 000 personnes. Le but de ce sondage ? Dresser un portrait original des consommateurs pendant les soldes en prenant en compte comme critère principal la couleur des cheveux.

Plus insolite encore, les Français sont capables d’acheter un article qui n’est pas à leur taille simplement ils ont eu un coup de foudre pour ce dernier. L'envie de le posséder finit souvent par l'emporter. Ainsi 91 % de blondes ont déjà fait l’acquisition d’un vêtement trop petit ou trop grand parce que ce dernier leur plaisait vraiment contre 50 % pour les brunes. Qu’ils soient blonds ou bruns, les hommes quant à eux sont loin d’être accro aux soldes. Seul 2 % des blonds et 20 % des bruns aiment faire les boutiques en période de rabais. Et vous, pensez-vous que la couleur de cheveux a réellement un impact sur vos habitudes shopping ?

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 04:22
               
                                Elle est belle, surdouée, elle a les yeux et les cheveux clairs; sans aucun doute, une exception qui confirme la régle. Tout le monde est pourtant bien informé que les blondes sont stupides ! Voici donc un article de France 3 Nord Pas-de-Calais, passé  presque inaperçu .

 

 

 

Toutes les régions

 

 

Calais : 21,18 de moyenne au bac pour Caroline, record historique !

Une lycéenne de Calais, habitant à Marck, a obtenu son bac S avec 21,18 de moyenne ! Non, vous ne rêvez pas. 21,18 ! Un record sans doute historique en France. Caroline Houriet, 18 ans, se dit surprise même si "ses profs, eux, s'y attendaient". 

  • Par Emmanuel Magdelaine
  • Publié le 05/07/2013 | 16:17, mis à jour le 05/07/2013 | 18:08
Caroline Houriet, 18 ans, lycéenne à Calais, a obtenu la meilleure moyenne jamais obtenue au bac : 21,18 ! © Lycée Coubertin
© Lycée Coubertin Caroline Houriet, 18 ans, lycéenne à Calais, a obtenu la meilleure moyenne jamais obtenue au bac : 21,18 !

"Je savais que j'avait fait quelque chose de bien. Mais je suis très surprise." Caroline Houriet reste très modeste face à son incroyable moyenne. 21,18 ! Un record sans doute historique. Le Ministère de l'Education Nationale doit encore le confirmer mais a-priori jamais une élève n'avait obtenu une moyenne au-dessus de 21 sur 20 au bac. On ignore pour l'instant si d'autres élèves ont obtenu une note record cette année en France. Le rectorat de Lille a au moins confirmé qu'il s'agissait de la meilleure note de l'Académie.

20 dans presque toutes les matières !

Pour rappel, il est possible d'avoir une moyenne supérieure à 20 sur 20 au bac grâce au jeu des options dont les points viennent s'ajouter en "bonus". Latin, chinois et section européenne ont permis à Caroline d'obtenir cette note un peu "étrange" mais récompense d'un gros travail. Elle a obtenu 20/20 dans toutes les matières sauf en histoire-géo (19) et en éducation physique (14).

Elle est très simple, très souriante ... et d'une grande humilité


Son proviseur au lycée Coubertin à Calais, Henri Waroczyk, est à peine étonné : "Je m'y attendais parce qu'on avait eu connaissance de ses notes en français : 2 fois 20. C'est une fille qui avait une moyenne toujours à plus de 20 cette année. Elle n'a fait que confirmer ces notes. Et en plus, elle n'est pas que scolaire. Elle ne cherche pas seulement à réussir son bac. Ce n'est qu'une étape pour réussir sa vie. Elle vient à l'école pour apprendre à poser des questions tellement elle est curieuse. Elle est curieuse de tout. Elle a une capacité de réflexion hors du commun. Elle sait déjà relier les sciences à une certaine forme d'humanisme. C'est remarquable pour une fille de 18 ans. Elle est très simple, très souriante... et d'une grande humilité."

En mai dernier, Caroline Houriet, avait déjà réalisé un exploit en se classant à la première place mondiale du très réputé IGCSE de Cambridge. Première devant des milliers de participants de 150 pays. Un peu timide, elle dit désormais "s'attendre à être très sollicitée par les les félicitations de toutes parts et les journalistes."

Elle veut travailler dans les nanotechnologies

Caroline a fait toute sa scolarité dans ce lycée calaisien. Sa mère est infirmière et son père professeur d'anglais. Elle est inscrite pour l'année prochaine au prestigieux lycée Louis Le Grand en maths sup "Physique, chimie, sciences de l'ingénieur". Elle envisage de pratiquer un métier autour des nanotechnologies et de la recherche spatiale. Mais bien avant cela, elle va "évidemment faire la fête ce soir avec ses amis".

A noter que déjà l'an dernier, une autre élève de son lycée, Océane, avait obtenu 20,7. Ce qui était déjà un record au moins dans l'Académie !

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 18:21

 

 

 

                                     Un article du Huffington Post  (U.S.) sur une campagne de publicité d'une bière australienne,  avec 18.18 % des votants qui n'apprécient pas. 


                             On voit bien ici qu'une fois le stéréotype installé, de simple "piqûres de rappel" suffisent à entretenir et renforcer celui-ci; les mécanismes d'auto-protection de l'esprit des buveurs de bières sont désarmés par l'utilisation de l'humour, la qualité des images, le caractère allusif, aléatoire et fortuit du message  ( Il est impossible de prévoir le moment où le stéréotype sera réactivé devant nous ),   ainsi que par la suspicion de "ringardise" de ceux qui oseraient détruire par leurs protestations un très bon moment : Une bonne vieille blague entre copains  pendant la dégustation d'une bière.

 

 

 

 

Les bières 'Platinum Blonde' jouent avec le stereotype de la blonde stupide (PHOTOS)

  Posted: 06/14/2013 11:36 am EDT           

 

 

                                   Les stéréotypes sur les blondes sont un peu passé de mode, non ?  Les bières Platinum Blonde  ne le pensent pas. La société vient de publier une série de publicités imprimées qui affiche ce qui arrive quand des  blondes stupides essaient d'ouvrir des bouteilles de bière. Jetez donc un oeil.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Quick Poll
What do you think of the ad campaign?

Funny            52.27 %

 

Offensive       18.18 %

 

 

A little funny, a little offensive   29.55 %

                             

Partager cet article
Repost0