Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 07:39

 

 

                                                ( Texte paru en 2013 ) Pour en revenir à la situation aux USA, il est sans doutes bon de rappeler une statistique peu connue mais très significative (cf. ci-dessous). Sachant que les spécialistes estiment qu'un viol sur 10 fait l'objet d'une plainte, on peut calculer rapidement qu'en 10 ans, plus de 3.700.000 femmes blanches ont été violées par des afro-américains. Sur ces millions de viols inter-raciaux, quelle est la proportion du mobile raciste ? Quelle est la proportion de ceux qui ont voulu punir une femme pour ce qu'elle est, pour la couleur de sa peau, pour se venger d'un ressentiment historique soigneusement entretenu avec des falsifications et des manipulations de la mémoire ?

 

                                              Personne ne sait, personne ne veut savoir et aucune étude sur le sujet n'est prévue; dommage pour les victimes innocentes, les vraies.

 

                                              En France, ces crimes silencieux seront d'autant plus impunis et ignorés que les statistiques ethniques sont interdites; la vérité est inaccessible sous des pretextes dilatoires et mensongers, qui constituent de facto un encouragement à leur perpétration.

 

 

 

 

                              

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus de 37.000 femmes blanches violées par des afro-americains en un an, aucune femme noire violée par un blanc aux USA

 

 

Ce qu'il y a de bien avec les pays anglo saxons, c'est qu'ils autorisent les statistiques ethniques. Et on trouve vraiment des pépites parmis celles ci. On pourrait en rire, si ce n'était pas aussi tragique.

En effet selon le département américain de la Justice, en 2005, 33,6 % des femmes blanches qui ont été violées, l'ont été par un homme noir (les noirs représentent 12% de la population US). A l'inverse aucun homme blanc n'a violé une femme noire. Pire, la totalité des femmes noires violées l'ont été par un homme noir.

Vous ne vous êtes pas trompé en lisant. Oui vous avez bien lu. Les statistiques officielles sont disponibles ici (table 42).

 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 07:24

    

                         Deux employés des services de propagande de l'état appelés "France Inter" viennent, une fois de plus, de se livrer à des discours racistes à l'encontre des personnes blondes, reprenant des accusations ou des sous entendus discriminatoires contre une minuscule minorité humaine.  Rappelons que 99 % des femmes ont les cheveux sombres ou noirs sur cette petite planète.

 

                          On relévera que le régime de François Hollande permet qu'on utilise une caractéristique raciale pour décrédibiliser des opposants politiques.  (Sur le même sujet, cf. http://semeiologia.over-blog.fr/2015/08/william-leymergie-et-herve-thomas-a-vomir.html)

 

                          La première "Kapo de la pensée" s'appelle Hélène Jouan, un vieux cheval de retour de la manipulation idéologique :

 

 

                      

 

 

UNE BLONDE RINGARDE....

FRANCE INTER : l'émission du mercredi 9 décembre 2015

8H30 l’heure de la revue de presse, bonjour hélène jouan ; Dans la presse ce matin, une blonde quinqua, pas en grande forme…mais de qui parlez-vous ???

Elle a 56 ans, un sourire immuable jusqu’aux oreilles, mais elle a une fâcheuse tendance à toujours répondre à côté de la plaque, elle ne comprend rien au numérique, et son côté classique ne fait plus rêver, bref elle aurait bien besoin d’un lifting ! Je parle… de la poupée Barbie bien sûr ! Le magazine Capital nous raconte comment à l’approche de Noël, ce jouet phare de Mattel est en train de perdre du terrain face à sa concurrente la Reine des neiges. Mattel a bien tenté de lui donner une nouvelle jeunesse en lançant aux Etats-unis, une Hello Barbie, poupée connectée capable normalement, de répondre intelligemment…Raté, elle ne comprend rien, et en plus, on l’a accusée d’être un agent secret car les données des conversations enregistrées avec les petites filles étaient transmises au fabricant. Résultat, elle y a gagné le surnom de « Barbie Stasi ». La quinqua va donc devoir se bouger si elle ne veut pas être poussée à la retraite avec ses accessoires vintages, il parait que son camping car n’a pas changé depuis 20 ans. Bref, conseil cadeau : n’offrez pas une blonde ringarde pour Noël ! (...)

 

 

                      On peut repérer sans difficulté dans ce texte deux accusations raciales récurrentes contre la blondeur, qui l'associent systématiquement  à :

 

                                                  - La ringardise, l'appartenance à un passé révolu; si l'on s'attache au sens des mots,  les ringards sont en fait des personnes incapables, médiocres, démodés, de mauvaise qualité, de mauvais goût, sans talent aucun. On voit bien que cette insulte, fondée ici sur une caractéristique physique  (Faut-il le rappeler ?), ridiculise définitivement une minorité raciale. On s'aperçoit également qu'elle réussit à synthétiser l'accusation de manque d'intelligence et l'accusation de n'être qu'un stigmate du passé, comme un vestige d'un état pré-civilisationnel . On mesurera à cette occasion le degré du sentiment de supériorité raciale des contempteurs de la blondeur.

 

                                                  - La stupidité (Blonde = stupide)

                  

 

 

Et pourtant, voici Barbie telle qu'en réalité :

              

 

 

 

 

 

 

                       Le second "Kapo de la pensée" s'appelle Eric Delvaux, un idéologue fanatisé :

 

                                 Eric Delvaux, des idées faisandées servies avec un rictus de sociopathe

 

 

 

 

FRANCE INTER l'émission du jeudi 17 décembre 2015

Une blonde incendiaire

« Une blonde incendiaire », c'est l'exemple que donne le dictionnaire Larousse pour illustrer la « sensualité ».

Sauf que la « blonde incendiaire » dont on parle ce matin, Marine Le Pen, n’a pas grand-chose à voir avec la sensualité quand elle publie sur son compte Twitter d'insoutenables photos d'exécutions de prisonniers de Daech.

Photos atroces publiées sans distance, sans réflexion, juste pour régler quelques comptes personnels avec Jean-Jacques Bourdin, le journaliste vedette de BFM.

Manuel Valls a donc parlé de Marine Le Pen comme d'une « incendiaire », c'est-à-dire quelqu'un qui « joue avec le feu » dans le débat public. On verra ce qu’en diront les tribunaux.

L’incendiaire, toujours selon le Larousse, c'est aussi quelqu'un qui est prêt à « échauffer les esprits » et qui aime donc effectivement « jouer avec le feu », quitte à se brûler.(...)

 

 

 

                        On peut repérer dans ce texte une troisième accusation raciste contre les blondes : Leur apparition se trouve systématiquement accompagnée de catastrophes, leur simple vue ou contact, quels qu'ils soient, annoncent malheurs et tribulations . On remarquera que leur simple évocation se trouve typiquement environnée des mots : "incendiaire, atroces, insoutenables" . Dans un reflexe pavlovien voulu et organisé par la Matrice, les auditeurs inattentifs apprendront vite à associer blondeur et malheur, cheveux clairs et atrocités. Sur les blondes maléfiques, entre autres, cf. http://semeiologia.over-blog.fr/article-blonde-et-malefique-106274882.html  ou bien  http://semeiologia.over-blog.fr/2015/07/anne-quinchon-caudal-est-elle-raciste.html   . Ce type d'accusations portées contre des minorités raciales appartient pleinement à la littérature de persécution telle que vue et documentée à travers les siècles (cf. La violence et le sacré de René Girard ou bien Le bouc émissaire, du même auteur).

 

                       

 

                      On relévera également de nouveau l'accusation raciste de stupidité attachée à la blondeur  ; ".... sans distance, sans réflexion....Jouer avec le feu quitte à se brûler...."

 

 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 05:47

 

 

                        Pratiquement tout les régimes politiques actuels sur cette petite planète utilisent la science pour affirmer leur pouvoir, étayer leur propagande et leur vision de l'avenir. L'Histoire nous en donne bien des exemples, que ce soit l'avance technologique de l'Occident qui a permis la constitution d'empires coloniaux jamais vus, ou bien le Lyssenkisme triomphant sous Staline, en passant par la conquête de l'espace des USA et bien d'autres encore.

 

                      C'est ainsi que le pompeux "Musée de l'Homme" qui a réouvert ses portes le 17 octobre 2015 à Paris n'échappe pas à la règle. Nous n'examinerons ici ni la répugnante servilité des scientifiques de cette maison envers les politiciens, ni la totalité des a priori idéologiques échevelés régnants dans ce monument de la prétention française, sinon l'un d'entre eux , bien connu de nos lecteurs.

 

                      C'est ainsi que dans la publicité réalisée à l'occasion de cette ouverture par Publicis, on peut voir que la blondeur est un stigmate du passé et que l'homme nouveau est très brun, le poil noir et de type méditerranéen; la femme nouvelle est elle de type africain métissé.

 

                       Pourtant, la blondeur étant apparu voici seulement quelques milliers d'années, elle est on ne peut plus "moderne". Que veulent donc nous dire ces illustrations violemment expressives, sinon que la blondeur est une relique barbare, appelée à disparaître par la force des choses et par le progrès. Oui, pour un certain courant de pensée particuliérement vénéneux en France actuellement, blond est synonyme de "ringard" ,  d'un monde condamné, déjà disparu, sans avenir, hors du progrès. Mais de quel progrés est-il question, sinon d'un méta-racisme triomphant, aussi abject que tous ses petits camarades issus du passé ?

 

                     Cette notion de "progrès" est en réalité au cœur du dispositif de propagande.visible dans ces deux affiches. En effet, et si l'on s'attache à contextualiser le message sous-jacent dans l'idéologie du régime actuel, il s'agit bien de rendre souhaitable et possible la disparition de la blondeur en la présentant comme inéluctable, comme un obstacle au progrès humain, voire spirituel de l'humanité. Sur les politiciens d'extrème gauche haïssant la blondeur, cf. http://semeiologia.over-blog.fr/article-melenchon-un-beauf-raciste-et-envahissant-116626985.html   et  http://semeiologia.over-blog.fr/article-melenchon-est-il-raciste-103169053.html

 

                      Nous sommes bien en présence d'un racisme idéologique, infectant l'appareil d'état au plus haut niveau et utilisant toutes les ressources de la propagande moderne. Deux  des effets visibles de cette sociopathie raciale est qu'il manque une quarantaine de députés blonds ( ou blonde !) à la chambre basse du parlement en France par rapport à sa population (cf. http://semeiologia.over-blog.fr/2014/05/politiquement-blond.html ), et que le gouvernement français a été totalement expurgé des personnes blondes, du moins dans ses lieux de pouvoir véritable  . La discrimination à leur encontre est systématique, impitoyable et presque ouvertement revendiquée.

 

 

Racisme d'état au "Musée de l'Homme"

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 20:16

 

                       Une petite curiosité historique, que nous ne resistons pas à signaler à nos meilleurs lecteurs:

 

                    Le 15 mars 1900, Sarah Bernhardt a 56 ans et incarne ( !!!???)  dans son propre théâtre le fils de Napoléon, un jeune homme de vingt ans dans la pièce d'Edmond Rostand, l'Aiglon.

                    

 

                       La scène des archiducs réunit 35 comédiens, tous bruns alors qu'ils auraient dû être blonds; la raison avancée était économique . En effet, les figurants blonds étaient payés 20 sous de plus que les bruns....

 

 

 

 

 

                                   Ce fut ainsi qu'une actrice très brune à l'emphase chevrotante fit disparaître d'un coup d'un  seul 35 hommes blonds de la scène. Et oui, dèjà en 1900 ...

 

 

                 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 07:54

                        Apparemment, Anne Roumanoff (ou Anne Racistoff ?)  a un sacré compte à régler avec les personnes blondes. Une simple jalousie féminine, son physique très brun et très ingrat  ne peuvent pas tout expliquer à eux seuls . Les amorçages de stéréotypes racistes à l'encontre des personnes blondes pleuvent au milieu des "rires en boîtes", et on voit suinter une haine construite, systématique  contre "les blondes".

 

               

                       Anne Roumanoff enfant : Dèjà, toute petite ....

 

 

                        Voici donc une mise en paralléle d'un sketch de 2006 et d'un article de 2015; le lecteur attentif constatera encore et toujours le déploiement d'une haine pathologique contre les blonds,  avec une malignité sournoise et contagieuse.

 

                           Pour les lecteurs en manque de temps, les amorçages de stéréotypes racistes sont en vert. On retiendra , entre autres, que les blondes se font la guerre (Tant mieux !), qu'elles sont sans nuances, butées , avec elles il y a du sang sur les bas-côtés,  elles sont rondes, populistes, hypersexuelles, couchent pour réussir, manquent de subtilité, de vraies clowns, n'aiment pas les couleurs, etc... Décidément, ce sont vraiment des blondasses ! Pour tout dire, de sales blondasses !

 

 

 

                       On peut repérer dans ces textes trois groupes de stéréotypes racistes récurrents portés contre les femmes blondes :

 

                    - Blonde = stupide, d'où : Sans nuances, butées, manquent de subtilité, n'aiment pas les couleurs, etc...

 

                    - Blonde = maléfique d'où : Guerre des blondes, sang sur les bas-côtés, populiste, etc ...  Sur le sujet, cf. http://semeiologia.over-blog.fr/article-blonde-et-malefique-106274882.html

 

                     - Blonde = nymphomane d'où : Couche pour réussir, fait l'amour sur la photocopieuse, excite et manipule les hommes, etc...

 

 

 

 

          Anne Cauchemar-noff sur une chaîne télévisée appartenant à l'état français, payée  pour singer une "blonde" : Un dégueulis raciste  avec de vrais morceaux de haine à l'intérieur ...

 

 

 

 

 

La guerre des blondes

 

Rouge vif, par Anne Roumanoff.

Le 04 octobre 2015

 

La blonde sans nuances

Une semaine qu'on ne parle que de moi. Mettre les pieds dans le plat pour me faire remarquer, ça ne me dérange pas! J'avais bien préparé mon coup d'buzz. J'avais souligné au Stabilo Boss la citation de De Gaulle avant l'émission. J'ai pas fait l'ENA mais j'dis ce que j'pense et je pense ce que j'dis et quand j'parle, tout le monde comprend où j'veux en venir.

Je suis la fille d'un chauffeur de poids lourd alors je fonce dans le tas et tant pis s'il y a du sang sur le bas-côté. Ils voudraient brûler Jeanne Morano d'Arc sur le bûcher médiatique mais j'vais pas m'laisser faire. Faut pas m'chercher, sinon j'vais sortir la lance à incendie, j'ai prévenu, "Sarko, j'vais l'dézinguer".

Il paraît que c'est une histoire de contexte, que ces questions de couleur sont trop sensibles en ce moment. Je crois surtout que Juppé Fillon et compagnie ont peur que je leur fasse de l'ombre aux primaires alors ils veulent me faire taire. On ne bâillonnera jamais Nadine, jusqu'au bout je chanterai "en passant par la Lorraine, avec mes gros sabots".

Et Sarkozy ce traître qui me demande d'écrire une lettre d'excuse. Jamais! Je persiste et je signe : je suis blanche, je suis blonde et je suis butée. J'incarnais la droite populaire, maintenant il paraît que je suis une populiste de droite. De toute façon, le peuple me soutient, plein de gens m'arrêtent dans la rue pour me dire : "C'est honteux. Maintenant on n'a plus le droit de rien dire, c'est pour ça qu'on va voter FN comme vous."

La blonde qui n'aime pas les couleurs

Va falloir qu'elle se calme la quiche lorraine! Elle veut me piquer ma clientèle ou quoi? Elle copie tout sur moi, tout : la blondeur, la rondeur, les vestes blanches, la victimisation, le bon sens populiste. Et mon père qui la plaint : "Cette pauvre Mme Morano."

Il y en a qui m'ont même suggéré de lui ouvrir la porte. Non merci! Il est hors de question que le FN se transforme en camp d'accueil pour réfugiés républicains expulsés de leur parti d'origine. Chacun chez soi! En plus, Mme Morano est immigrationniste. C'est un nouveau mot que j'ai inventé, "immigrationniste". Avec le cirque médiatique de Médrano, personne ne l'a relevé. Au fond, cette femme ressemble à mon père : un clown provocateur prêt à tout pour être au centre de la piste, une acrobate un peu lourde qui s'essaie à la voltige sans filet de sécurité.

Moi je regarde ça d'un œil goguenard sans rien dire, je suis bien trop maligne pour me laisser entraîner sur le terrain glissant des races. Finalement, la Nadine me rend service en propageant mes idées. Les petites graines de populisme qu'elle a semées vont germer dans la tête des gens. Avec le terreau fertile de la crise, même pas besoin de rajouter de l'engrais ou d'arroser, ça pousse tout seul les "yaka, fokon, yenamarre".

Moi je n'aurais plus qu'à récolter les voix et il m'est avis qu'aux prochaines élections la moisson sera bonne. Ces imbéciles de républicains n'ont pas encore compris que mes électeurs préféreront toujours l'original à la copie. Plutôt que de surenchérir sur mes idées, ils feraient mieux de construire un projet alternatif mais ils sont trop occupés à se bouffer le nez pour ça.

Anne Roumanoff - Le Journal du Dimanche

dimanche 04 octobre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sketch de 2006 d'Anne Roumanoff :

 

C'est fou l'importance que vous accorder a l'apparence. est ce qu'il y a des blonde dans la salle? assumez-vous! halte a la blondephobie, halte aux idées recus sur les blondes, non les blondes ne pensent pas qu'au sexe. ainsi moi quand je m'abandonne dans les bras d'un homme, il m'arrive de penser a mon travail, forcement, je suis appuyer sur la photocopieuse. oui j'ai coucher pour reussir et j'en suis fiere, y'en a qui couche qui ne reussissent pas, et d'autre qui ne reussissent meme pas a coucher. mais mon succes aupres des hommes c'est pas seulement une question de couleur de cheveux, c'est parce que j'ai la blonde attitude. pour avoir la blonde attitude, il y a 5 points fondamentaux a respecter. 1: on met ses attributs en valeur. un 85B valoriser vaut mieux qu'un 100F mal assumer. 2: on ecarquille les yeux, on entrouve legerement la bouche. 3: l'admiration dans le regard ainsi quand un homme m'explique quelque chose meme si c'est le menu du restaurant, je fais: ouai ouai j'comprend! c'est fou tout est tellement clair avec toi! pour vous entrainez vous aussi a avoir la blonde attitude repeter apres moi: j't'ecouterais parler pendant des heures! *j't'ecouterais parler pendant des heures!* je regrette mais parmis se cache des blondasses. une blondasse, c'est une blonde qui manque cruellement de suptilité, il faut etre trés intelligentes pour faire croire qu'on est pas maline. ce n'est pas parce que mon decolté est plein, que ma tête est vide. oui mes seins sont refait mais mon cerveau est d'origine. regarder hilary clinton, c'est une blonde qui n'a pas su cacher son intelligence, du coup son mari la tromper avec une brune qui avait la blonde attitude! 4: votre prénom doit faire rever, j'vous conseille une terminaison en "a" comme Pamela, Loana, Madonna ou moi même, Chantalia, ou une terminaison en "onne" comme Camerone ainsi si vous etes née Francoise faite vous appeler Francesca, et non Francesconne. 5:la danse avec la blonde attitude, on danse comme ca. tout est suggesrer, rien est imposer. une blonde qui manque de suptilité dansera comme ca. mais le pire de tout c'est ca. une ex-brune qui n'assume pas sa nouvelle blondeur. enfin 6: l'humour, ainsi quand on raconte une blague de blonde meme si j'la connais, j'fais: hahahahahahahaha! hahahahahahaha! heureusement mon mascara est waterproof! haaaaa! une blonde qui manque de suptilité fera: hahaha. j'la connais. moi meme pour prouver l'etendue de mon humour, je n'heste pas a raconter des blagues de blonde, ainsi savez vous pourquoi les hommes aiment les blagues de blonde? parce qu'il les comprennent!

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 04:38

                   Mieux que Maître Gims !

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 08:36

 

 

    Une journaliste  maghrebine aux cheveux très noirs , Anissa Kaci,  utilise le Figaro et un sondage miteux organisé par un site de rencontre anglais, avec  un échantillon non-représentatif de célibataires britanniques,  pour essayer de manipuler l'opinion  avec des  gros titre bien gras et bien racoleurs, tels que  :  

                  -  La femme idéale n'est pas  blonde 
                  -  La femme blonde ne fait pas l'unanimité
                  -  Les hommes n'aimeraient pas rencontrer une grande blonde aux yeux bleus
                  - Les hommes n'épousent pas les blondes 
                  - Les hommes ne préfèrent pas les blondes ; c'est un mythe !

              Et voili voila ! Comment inoculer  dans le corps social des stéréotypes raciaux négatifs à l'encontre des personnes blondes ! 

 

               Imaginons le même article avec les personnes crépues , ou bien basanées, ou bien frisée ... Cela est rendu tout simplement impensable par la politique raciale du pouvoir et des médias dans ce pays.

               On sait que le Maghreb est encore traversé par un violent racisme contre les personnes noires d'Afrique subsaharienne,  alors même que de très nombreux africains furent déportés et  châtrés pendant toute la durée de la traite arabo-musulmane Sur le sujet, voir ici   http://www.la1ere.fr/2014/04/29/l-autre-esclavage-un-apercu-de-la-traite-arabo-musulmane-147531.html  ; alors même que l'évidence historique est acquise, force est de constater qu'aucune autorité du Maghreb n'a jamais reconnu les faits ni demandé le pardon pour ces atrocités inhumaines, ni envisagé de réparations .

 

               On sait également que le Maghreb a eu un long passé de mise en esclavage  d'européens, avec des centaines de milliers d'hommes et de femmes razziés et réduits à l'état servile du VIIéme au XIXéme siècle ,  souvent même castrés à vif ou vendues comme prostituées ( Eh oui,  pendant près de douze siècles !! ) avec tout le mépris social et racial  induit.    Ces préjugés   ont été  durablement  imprimés dans son inconscient collectif. Sur le sujet,  Esclaves blancs, maîtres musulmans

 

                                       

 

                Il serait peut-être temps de se demander si  un racisme anti-européen, avec "la blonde" comme métaphore/alibi  et  venu de cette partie du monde,  n'est pas en train de se revivifier et d'être exporté en Europe. Sur le sujet, voir également   Les musulmans et les blondes, une longue histoire.

 

 


               

                                

                                    Anissa Kaci, un racisme sournois et determiné

 

                                   

   




Voici donc ce très bel exemple d'amorçage de stéréotypes racistes :

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 06:44

                              Samir Hammal , enseignant à Sciences Po Paris, vient d'ajouter sa petite pierre à l'édifice du racisme anti-blond; l'article à consulter  ci-dessous :

 

 

                     Cet article est particulièrement révoltant , et ceci pour plusieurs raisons :

 

- La baisse continuelle de niveau de Sciences Po, en particulier depuis l'ére du répugnant Richard Descoings, un agent d'influence dévastateur pour cette malheureuse institution.

                                        

                                      

Résultat de recherche d'images pour "richard descoings"

                                          Richard Descoings, disparu.

 

 

                                 Ce satrape entouré de gitons a eu au moins le mérite de la faire apparaître, en toute lumière, pour ce qu'elle est devenue, c'est à dire une école pour apparatchiks serviles et de basse propagande au service du pouvoir. La disparition d'une certaine intelligence à la française (Qualité intellectuelle + recul devant les événements + indépendance des idées) dans une ex-"grande école" ne peut que réjouir nos dirigeants actuels, mais manquera cruellement aux débats en Europe et dans le monde.

                                   

Sciences Po Bordeaux, peu après l’ère Descoings

 

 

 

                    C'est ainsi que Samir Hammal nous livre une prose indigente, filandreuse, mal maîtrisée, aux contours flous , où il confond propension et proportion , et où il s'étonne publiquement de voir des enfants français en France dans une publicité française en les attaquant sur une caractéristique physique.

 

- Imagine-t-on un homme blond aux yeux bleus, accueilli au Maroc (Le pays d'origine de Samir Hammal) et s'offusquant de ce que la société soit monocolore (Cheveux noirs + teint mat + yeux sombres) et que la publicité reflète cet état de fait ? Sur le sujet, cf. Anissa Kaci, un racisme qui vient de loin

 

- Qu'un employé d'un service public en France se livre à une attaque venimeusement raciste contre une caractéristique physique d'une minorité raciale ?

 

 

 

                                   

                                        Samir Hammal un racisme invasif

                                             particulièrement déplaisant

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 09:40

                                     Un témoignage intéressant, vécu,  qui peut expliquer certains comportements :

 

Laila Chaab, Marocaine, mannequin chez Mademoiselle
« Quand je suis arrivée à Paris, j’ai pleuré pendant deux ans ! Au Maroc, je travaillais bien. Une fois ici, j’étais loin de ma famille et c’était le désert. J’habitais avec deux autres filles, une blonde et une Asiatique, dans un appartement que louait l’agence de mannequins. A 18 heures, le concierge passait nous apporter les rendez-vous des castings du lendemain. Il n’y en avait que pour la blonde… Je me souviens aussi d’un de mes premiers essayages, j’étais super-contente, je suis arrivée avant tout le monde. La directrice de casting, qui ne m’avait pas encore vue, m’a demandé ce que je faisais là : « Vous vous êtes sûrement trompée. » Sous-entendu : on n’aurait jamais recruté une Marocaine pour notre marque… J’ai insisté, elle m’a fichue dehors. J’étais humiliée. Je me suis accrochée, ça a décollé, et maintenant, je garde toujours la tête haute. Aujourd’hui, je travaille pas mal pour Adidas, Promod, Nike… Je fais des catalogues. Mais c’est vrai, davantage en Belgique, en Allemagne et en Hollande qu’en France. Ici, je vois bien que l’on regarde toujours mon book plus vite que celui des autres, Blanches et blondes. C’est pareil pour toutes les métisses… Je me lisse les cheveux, c’est important pour bosser plus. Dans mon sac, j’ai toujours les photos et les coordonnées d’une copine blonde. Je sais qu’à un moment de la journée, forcément, on me demandera : « T’as pas une copine blonde ? » Les blondes ont douze castings par jour, les métisses, trois… Mais bon, on a une peau qui vieillit moins vite ! Et nous aussi on s’organise, on fait marcher le réseau. »

 

                                                         Eh oui, ça énerve !

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 06:19
Partager cet article
Repost0